Gautham Vasudev Menon, l’art de la romance moderne.

[ 7486 ]

 

L’amour est un thème abondamment traité dans notre cinéma. Plusieurs auteurs nous ont donné des œuvres mémorables dans ce genre, tels que « Moondram Pirai », « Punnagai Mannan », « Alaigal Oivathillai », « Mouna Ragam » ou bien « Alaipayuthey ». Un cinéphile tamoul aura toujours le besoin de romance, de deux personnages partageant un rapport plus qu’amical, comme si c’était une forme de conjugaison de la cinématographie tamoule. Parmi un grand nombre de réalisateurs ayant traité ce genre, certains se démarquent. Mani Ratnam est un scénariste metteur en scène connu pour sa simplicité à exposer des relations avec réalisme. Début 2000, alors que les films romantiques commençaient à perdre leurs souffles (Mis à part Alaipayuthey), un réalisateur fait ses premiers pas au sein de l’industrie Kollywoodien : Gautham Vasudev Menon.

 

 

Six films plus tard, ce dernier est devenu une référence dans ce domaine. Une romance subtile entre des personnages différents l’un de l’autre. Au fil des années, Gautham s’est fait un nom de telle sorte que des fans se sont formés exclusivement pour ses films romantiques. Même dans ses polars, beaucoup de scènes y sont consacrés. Parmi ces œuvres, certains moments, certains personnages, nous ont beaucoup marqués. Si les personnages masculins sont atypiques, ses personnages féminins sont au contraire réalistes. Que ça soit Maya, Jessie ou bien Aradhana, chacune ont leur particularité, leur passé, un trait de caractère qui leur est propre.

A l’occasion, des six ans de la sortie du film culte « Vinnaithandi Varuvaya », nous vous invitons à revisiter à nos côtés les meilleurs épisodes romantiques et ces couples ayant marqué la filmographie de GVM.
 

Anubselvan IPS, Maaya 
Khakke Khakke

 

 

La rencontre entre ces deux protagonistes se déroule à un moment important de leurs vies. Lui se retrouve au poste d’inspecteur suite à un échec dans une mission, elle professeur en attente de graduation. Rien est décidé dans leur vie.  

 

 

L’officier de police Anbuselvan estime que les proches sont les points faibles des policiers. Donc il se refuse à donner son cœur à quiconque. Mais le destin en décidera autrement. Maaya, une fille sortant de l’ordinaire. Ambitieuse, tenace et ravissante. Elle marquera l’esprit d’Anbu. Pas forcément pour son apparence physique, mais pour sa conviction refusant de se plier à qui que ce soit. Sous sa carapace, l’homme s’obstine à ne pas croire à l’attirance. Mais apprécie ces instants partagés avec cette femme. Par contre Maaya réalise rapidement ressentir quelque chose pour lui.  Mais lui est indifférent à ses approches.

 

  

 

Néanmoins elle n’abandonne pas, elle ne s’apitoie pas sur son sort. Un évènement frappera Anbu en l’obligeant à laisser paraitre ses émotions et son agonie aux yeux de cette ravissante femme.  Au contact de Maaya, il apprend à confier peu à peu les clefs ouvrant l’accès à son esprit, ses pensées, son intimité. Malgré sa peur liée à son métier, ils s’uniront.

 

Suriya, Priya
Vaaranam Ayiram

 

 

Connaissez vous ce sentiment d’aimer une personne qui ne sera jamais la vôtre ? Cet amour qui grandit en vous depuis l’enfance. Pur et innocent. Puis un jour, vous entendez que cet homme a un coup de foudre pour un/une autre. Le ciel s’écroule sur votre tête. Mais vous essayez d’être heureux(se) pour cette personne.  Vous passez à autre chose, enfin vous essayez... Ce chagrin reste au plus profond de votre cœur. Cela n’empêche pas forcément de vivre, mais laisse certainement des traces. C’est le cas de Priya. Plutôt calme, sûre d’elle, digne. Oui, digne, car à aucun moment elle ne va essayer d’influencer Suriya venant de perdre de manière brutale Meghna.  Deux ans vont passer. Ils se fréquentent. Très distants physiquement. Ils ne sont qu’amis. 
 

 

Une soirée pluvieuse, assise sur un banc en sa compagnie. Priya s’ouvre à Suriya pour la première fois. Elle ne voudrait pas le bousculer, juste lui dire ce qu’elle ressent. Elle ne sait pas où en est Suriya par rapport à sa vie sentimentale. Mais, le fait de déclarer ses sentiments pourrait peut-être l’apaiser. La scène n’est pas poétique, enfin les intentions du personnage ne sont pas d’être émotionnel, ou d’en faire une scène dramatique. Priya reste lucide. Elle attendait ce moment depuis longtemps, très longtemps même. Elle évoque même Meghna. Priya rassure Suriya on lui disant de ne pas l’oublier, qu’elle est compréhensive. Lui semble être réceptif et à l’écoute.  Un moment de silence. Suriya parle, évoque la question soulevée par ses amis en ce qui les concerne. Mais pas de réponse concrète. L’attente continue… 

 

Karthik, Jessie
Vinnaithandi Varuvaya

 

 

La romance la plus complexe de GVM. Deux personnages n’ayant aucune similarité, ni de points communs. Deux idéologies différentes. Ils semblent normaux à vos yeux. Comme vous et moi. Normaux d’un point de vue extérieur. Karthik, futur réalisateur, rêveur, à la recherche d’une inspiration pour sa première œuvre. Son cœur bat à la chamade dès le premier regard échangé avec Jessie. Tout s’arrête autour de lui. C’est elle. Il est inspiré. Il est tout heureux. Voilà. Il est amoureux.

 

 

De son côté, Jessie. Issue d’une famille malayalee, conservatrice. Elle vit autour d’un regroupement de contradictions. Lorsqu’elle apprend les sentiments de Karthik, elle est entre choc et excitation, tentation et interdit. Apprendre le fait d’être aimée donne des ailes à certaines, d’autres se referment sur elles et paniquent. Jessie fait partie de la deuxième catégorie. L’amour de cet insouciant lui fait peur. Elle devient même lunatique, s’inquiète, se contredit. Un tas de adjectifs peuvent être assimilés à ce personnage à ce moment précis de sa vie. Une autre Jessie se dévoile.

 

 

Elle est méconnaissable aux yeux de Karthik. Elle est capable d’être proche, intime, à l’écoute un jour et l’ignorer en se montrant très distante le lendemain. Pourquoi un tel changement de personnalité pour une femme urbaine, moderne et indépendante ? Les deux personnages sont imparfaits, chacun à leur manière. Karthik, lui, s’investit dans le présent sans penser au futur. Jessie évoque le besoin de réfléchir, de reprendre les esprits.  Elle, voulant satisfaire tout le monde se perd entre Karthik et sa famille. Pourquoi celle-ci ne se décide pas ? Tout simplement parce que sa réflexion reste muette. Elle ne veut pas lutter, elle ne semble pas vouloir prendre des risques, elle préfère quitter la partie. Une relation instable, comment s’engager avec une personne aussi déséquilibrée au niveau des sentiments. Un film très étroit, très proche de la réalité, mettant en scène un personnage principal rêveur. Peut-être qu’il lui fallait cet échec amoureux pour réussir dans sa vie…

 

Parmi ces facettes des personnages de Gautham Menon, beaucoup se reconnaissent. Même ceux qui n’ont pas encore eu de relation y trouveront leurs comptes. Proches de la réalité, des personnalités humaines ayant leurs qualités et défauts. Peut-être est-ce ce qui nous rapproche encore plus d’eux, nous permet de comparer nos imperfections.