Puli : critique

[ 39617 ]

Après l’immense succès de « Kaththi » l’acteur Vijay a pris un risque en faisant confiance à un réalisateur qui n’avait connu qu’un seul véritable succès et en essayant le genre « fantasy » qui est assez nouveau pour Kollywood. Le pari a-t-il été tenu ?

Synopsis

« Dans un monde imaginaire dominé par les « Vedhalam », des êtres disposant de capacités sur humaines, les hommes sont privés de leur liberté et vivent dans la crainte. Les hommes de la reine Yavanarani (Sri Devi) emmené par son commandant Jalatharangan (Sudeep) réduisent en esclavage les villageois. Ces derniers enlèvent Pavazhamalli (Shruthi Haasan), la fiancée de Marudheeran (Vijay). Ce dernier part donc à sa recherche. »

Critique :

Le réalisateur Chimbudevan qui avait fait sensation avec son film « Imsai Arasan 23am Pulikesi » présente un genre nouveau pour le cinéma tamoul. Avec « Puli » il démontre le progrès réalisé en Inde sur les effets visuels. Le studio Makuta confirme ses progrès de film en film.

Si le film est une réussite sur le visuel il déçoit sur le reste. Notamment sur le scénario et sur l’exécution. Chimbudevan semble avoir tout misé sur la présence de Vijay mais ce dernier peine à convaincre et fait sentir les carences de l’écriture.

L’intrigue est d’une banalité absolue et limpide. Des les premières minutes le spectateur peut deviner le reste du film. Chimbudevan peine dans l’exécution et semble avoir choisit la facilité. L’enlèvement de Pavazamalli, élément déclencheur n’est même pas montré à l’écran. Le personnage de Vembunathan (Prabhu) laissait croire à une révolution mais ce dernier n’aura servi qu’à transmettre les messages politiques de Vijay. Il n’a aucun impact sur le scénario.

L’acteur Vijay était sollicité par plusieurs réalisateurs vétérans mais il avait fait confiance à Chimbudevan et pris le pari d’explorer un genre nouveau. Il devrait être félicité pour cela mais l’acteur semble avoir mis sa patte lors de l’écriture. En effet ce film laisse le sentiment d’un film à la limite de la propagande. Les attaques à peine caché à Jeyalalitha ou les dialogues annonciateurs de son entrée en politique alourdissent le film. Ces répliques sont souvent hors du contexte. Comme dans « Jilla » le personnage de Marudheeran irrite par ses mimiques. Vijay souvent accusé de ne pas varier les rôles ou de ne pas prendre assez de risque avait l’occasion de faire taire les critiques avec le personnage de « Pulivendhan » mais au contraire il offre une opportunité à ses détracteurs. Ce personnage n’a rien de naturel et donne l’impression être un automate mal programmé. Avec « Puli » Vijay détruit tout ce qu’il avait construit avec « Kaththi ». Il est incontestablement le responsable de ce désastre.

Le casting faisait rêver plus d’un mais le réalisateur n’aura finalement utilisé le potentiel de personne. Sridevi semble être la seule épargner de ce désastre. Le rôle de Sudeep fait de la figuration tout comme Hansika. Le duo Vijay – Shruthi Haasan n’est pas convaincant. Sathyan est mal exploité tout comme Thambi Ramaiya. Ce dernier irrite par moment. Nombreuses contradictions finissent par plomber le film tout comme les clips qui frôle l’amateurisme.

Coté technique seul le studio Makuta Studio signe une copie quasi parfaite. Le cadreur Natraj (Natty) a fait le strict minimum. DSP est l’autre grand artisan de l’échec.

Dans l’ensemble Puli est un brouillon qui présage un avenir radieux à Kollywood. Sans les répliques politiques, sans les scènes violentes et sans glamour ce film aurait pu attirer les enfants. Le monde enchanté proposé par Chimbudevan est plaisant mais ses personnages manquent de caractère.

Verdict : Puli, sans crocs.

 

2