Bairavaa - critique

[ 6439 ]
Bairavaa

Synopsis :

« Bairavaa » (Vijay) est un employé de banque chargé de récupérer la créance de la banque auprès de mauvais payeurs. Il est même le meilleur dans sa catégorie et n'hésite pas se frotter aux malfrats pour son travail ou aider son prochain. Il tombe sous les charmes de Malarvili (Keerthy Suresh) et découvre que sa bien-aimée est sous la menace de « P.K » (Jagapathi Babu), un puissant homme d'affaire au passé criminel. « Bairavaa » défie alors « P.K » pour protéger Malarvili.

Critique :

Vijay avait surpris plus d'un en annonçant le réalisateur Bharathan comme le réalisateur du soixantième film de sa carrière. Bharathan avait déçu dix ans plutôt avec « Azhagiya Tamil Magan » et depuis n'avait réalisé qu'un seul film « Athithi » qui est le remake du film britannique « Butterfly on a Wheel ». Le réalisateur a-t-il dissipé les doutes ?

Bharathan a fait confiance à la portée sociale de son message et ne semble pas s'être inquiété du scénario et de la logique. Il a misé sa confiance sur la présence de Vijay, de son équipe technique et du message social. Le système éducatif privé indien est gangrené par la mafia qui en ont fait un commerce lucratif au détriment des étudiants. Le scénariste a opté pour une construction linéaire où Vijay mène seul un combat perdu d'avance tel David contre Goliath.

Le jeu de chat et de la souris entre les deux protagonistes est prévisible et semble s'éterniser. Aucun retournement de situation surprend le spectateur sur le point de s'endormir. Bharathan en tant que scénariste a failli à sa mission.

Nombreux sont les films qui ont connu un succès malgré un scénario pauvre. Ces derniers pouvaient compter sur les personnages, les acteurs ou l'équipe technique. Dans le cas de « Bairavaa » les personnages créer par Bharathan manque de profondeur et ne sont pas attachants. Le personnage de « Bairavaa » interprété par Vijay est omniprésent et porte le film seul. Malgré son importance ce personnage est bâclé sur tous les niveaux. Le choix de la perruque, du gestuel et de l'intonation peine à convaincre le spectateur et à partager le combat de ce personnage. Le personnage de Malarvili interprété par Keerthi Suresh est inutile à la narration, mais il fallait bien une comédienne pour accompagner l'acteur pour les chansons. Même dans ce rôle elle n'est pas convaincante. La danse ne semble pas être son point fort et illustre une erreur de casting. Jegapathi Babu est convaincant dans son rôle, mais ne tire pas son épingle du jeu tout comme Sathish. Le comique avait pourtant bien débuté dans le film, mais disparaît par la suite. Le seul personnage remarquable est interprété par Daniel Balaji. L'acteur expose l'étendue de son talent malgré sa présence très limitée. Son personnage de Kottai Veeran semble avoir été le mieux travaillé et réussi. Il marque le film.

Bharathan a également failli dans l'exécution qui est avant tout un dialoguiste à succès. Il a notamment travaillé sur « Ghilli », « Dhool » ou « Veeram ». Dans « Bairavaa » il a également échoué dans son domaine de prédilection. Les dialogues sont certes poignants, mais la situation ou le gestuel font perdre leurs intensités.

Sur le plan technique le film est un brouillon. Le recours aux effets spéciaux est très limité dans ce projet, mais ces scènes illustrent complètement la qualité du film : un travail bâclé.

L'album de Santhosh Narayanan était une déception et il ne s'est pas sublimé sur le reste. La bande son mérite la mention passable. Un film à oublier sans sa carrière pour le compositeur. M. Sukumar le directeur de la photographie pourtant expérimenté qui a réalisé de belles prestations dans « Kumki » et « Maan Karate » déçoit. Par moments le choix de ses plans ne met pas en valeur le physique ou la prestation des acteurs. Il se rattrape sur les scènes d'action qui sont malheureusement l'unique satisfaction. L'immense déception vient de la part du monteur Praveen K.L. Ce dernier pourtant primé d'un « National Award » n'a pas tenu son rang. Plusieurs dizaines de minutes du film peuvent être coupés.

Enfin les chansons sont les plus attendus dans un film de Vijay et ont longtemps fait son succès. Dans « Bairavaa » les chansons sont des handicaps. Mal situés, elles freinent davantage la narration déjà lente. La chorégraphie est minimaliste et n'est pas à la hauteur de Vijay.

Pour conclure « Bairavaa » aurait été un excellent film pour le pongal 2007, malheureusement pour Bharathan nous sommes en 2017.
Note : 1,5/5

1.5